Un p'tit coin tranquil'

S'amuser, s'informer, échanger, se détendre, sont les maître-mots en ces lieux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le collège de Dormans à son ouverture.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5773
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Le collège de Dormans à son ouverture.   Mer 7 Jan - 8:37

Monsieur Roger Debrin, premier directeur du collège de Dormans qui ouvrit ses portes à l'école de garçons de Dormans, rue du Faubourg de Chavenay, à la rentrée 1958 sous la forme d'un Cours complémentaire s'est éteint le 2 décembre dernier à l'âge de 95 ans.

Né à Bergères les Vertus en 1913, il devient élève- maître à l'Ecole Normale d'instituteurs de Châlons sur Marne. Pour son premier poste il est nommé à Beaunay, village où il rencontre sa future femme, épousée en 1935 et décédée en janvier 2007 après avoir vécu à ses côtés durant 72 ans.
Il enseigne ensuite à Soudé- Sainte- Croix puis à Arcis le Ponsart. De 1939 à 1945, il est prisonnier en Allemagne dans des conditions très éprouvantes, séparé de sa femme et de sa fille née aussitôt son départ et qu'il ne verra qu'à son retour.
Il arrive à Dormans en 1952 et devient directeur de l'école de garçons, située à l'époque rue Carnot à l'emplacement de la poste actuelle. La direction du Cours complémentaire - rattaché à la nouvelle école de garçons rue du faubourg de Chavenay et qui deviendra un collège quelques années plus tard lui est confiée dès son ouverture en 1958. Il remplit cette fonction avec la plus grande conscience professionnelle et un dévouement exemplaire guidé par l'engagement humaniste qui le caractérise. jusqu'à sa retraite en 1969. Il assure également la fonction de sous-caissier à la caisse d'Epargne de Dormans, secondé dans cette tâche par Madame Debrin, son épouse.

Les élèves de la première classe de sixième de l'établissement, nés en 1946 et 1947, se souviennent d'autant plus de la rentrée scolaire 1958, qu'il s'agissait d'un événement très important dans la vie de l'époque. Pour ces enfants domicilés à Dormans et dans les villages des environs, l'ouverture d'un établissement secondaire sur place représentait une chance inespérée de continuer des études à moindres frais sans couper trop tôt le cordon ombilical. Le ramassage scolaire n'étant pas encore mis en place, les élèves au nombre de 40 environ, venaient à pied, à bicyclette, ou avec l'autocar des Rapides de Champagne. Le collège de Mareuil le Port n'existait pas encore. Une cantine était assurée le midi dans les locaux de l'actuelle bibliothèque sous la surveillance de Monsieur Bernard Lasalle.
Monsieur Debrin et Monsieur Lasalle assuraient à eux deux l'enseignement de toutes les matières à savoir :
- mathématiques, histoire, géographie, sciences naturelles et musique avec Monsieur Debrin qui était également responsable des diverses charges administratives, comptables et matérielles de l'établissement.
- français, anglais, arts plastiques et éducation physique avec Monsieur Lasalle. L'éducation physique ne pouvait être ni régulièrement ni correctement assurée. L'enseignement de cette discipline dépendait essentiellement du beau temps et se limitait à quelques exercices dans la cour ou dans le parc du château, occasion d'une promenade agréable. Monsieur Lasalle diplômé de lettres classiques aurait aimé nous enseigner le latin mais lui et Monsieur Debrin avaient d'autres élèves à encadrer. Monsieur Debrin assurait la préparation au Certficat de fin d'études primaires et Monsieur Lasalle avait en charge des élèves de cours moyen. L'emploi du temps était très simple pour cette première classe de sixième qui travaillait le matin avec Monsieur Debrin et l'après-midi avec Monsieur Lasalle. L'année suivante , ces deux professeurs continuèrent, à eux seuls, d'enseigner toutes les matières mais ils avaient été déchargés des classes de l'école primaire. Avec l'ouverture de la classe de quatrième deux autres professeurs furent nommés, puis d'autres encore l'année suivante.

Les élèves de cette première sixième étaient profondément motivés et leurs parents leur rappelaient souvent qu'ils devaient profiter de la chance qui Leur était offerte. L'ambiance de travail était très studieuse, rigoureuse, exigeante et familiale à la fois. Il fallait travailler et le collège devait faire ses preuves. En juin1963, cinq filles et un garçon furent reçus au concours très sélectif d'entrée à l'Ecole Normale en décrochant pour certaines, la seconde, la troisième et la dixième place sur les cinquante candidates admises. Il convient de citer d'autres réussites : médecin, ingénieur, responsable d'une coopérative agricole, chef d'entreprise,chefs d'exploitation agricole et viticole, artisans ou commerçants, consciencieux et fiers de leur métier dans tous les cas.

Monsieur Roger Debrin a d'abord enseigné ce qu'il était, un homme curieux de tout, porté par cette soif d'absolu qui consiste à vouloir savoir et comprendre pour vivre dans la dignité et convaincu de sa mission.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17488
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: Le collège de Dormans à son ouverture.   Mer 7 Jan - 8:51

Charpentier Hélène a écrit:

Les élèves de cette première sixième étaient profondément motivés et leurs parents leur rappelaient souvent qu'ils devaient profiter de la chance qui Leur était offerte.

Si leurs motifs sont justifiés, même si parfois je me demande pourquoi ils protestent, mais pour eux leurs raisons sont bonnes, les collégiens, lycéens, étudiants, font chaque année la grève. Et chaque année, je dit : ils ont déjà de la chance de de faire des études, moi j'avais les capacités mais pas le père qui voulait ("une femme c'est à la cuisine pour s'occuper des enfants et du mari ; l'école c'est pour les fénéants, mmoi j'ai travaillé à 14 ans !" Nous connaissons par coeur l'éternel blabla de mon père).

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5773
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Le collège de Dormans à son ouverture.   Mer 7 Jan - 15:15

Mon père avait obtenu le certificat d'études en 1907 et avait continué à s'instruire et à lire les grands auteurs qu'il était capable de citer. Nous parlions littérature tous les deux et ses connaissances étonnaient mes deux professeurs Il répétait souvent : " On n'en connait jamais trop." Il était donc content de voir ses enfants aimer l'étude MAIS il avait peur de la réussite sociale et de l'argent qui rendent orgueilleux et font naître un sentiment de supériorité. Comme j'étais la première des 6 enfants à entrer en sixième il avait peur que je cède à cette tentation. L'instituteur a eu du mal à le convaincre puis il a compris pour d'autres raisons. Une voisine de condition plus aisée et venant de la ville l'a piqué sans le vouloir en expliquant que sa fille avait échoué en sixième. Alors forcément, moi la fille de paysans aux revenus modestes mais se débrouillant fort bien en autarcie, moi qui venait d'une école de campagne, je ne suivrais pas. Cette dame oubliait que les instituteurs de campagne accomplissaient le plus souvent un travail de haut niveau. Pour ma part j'avais eu la chance d'avoir deux instituteurs passionnés qui faisaient le maximum avec le minimum. L'année suivante, en cinquième, l'une de mes camarades fut enlevée du collège par ses parents sous prétexte qu'elle devait travailler comme ses aînés sur l'exploitation agricole et viticole. Nos deux professeurs ayant constaté les possibilités et le sérieux de cette élève firent tout ce qu'ils purent pour qu'elle aille au moins jusqu'en troisième. Rien à faire. J'étais très amie avec cette élève qui habitait mon village. Elle pleurait. J'ai expliqué à mes parents combien elle aimait l'étude et qu'elle était pourtant soutenue par nos deux professeurs. Mes parents et mes trois aînés comprirent que je ne devais surtout pas subir le même sort, pas plus que mon frère cadet, quatre ans plus jeune que moi. Ils m'encouragèrent donc à continuer. J'étais menue et peu faite pour les travaux des champs. Il n'y avait pas de place pour moi sur l'exploitation qui devenait minuscule face à la mécanisation qui exigeait des surfaces plus importantes et je me donnais à fond pour mes études tout en aidant ma mère à la maison. J'adorais ma petite soeur née l'année où j'entrais en sixième et je m'en occupais à l'occasion.
Avec le recul, je me rends compte que j'ai eu beaucoup de chance. Mon frère cadet est prof d'histoire -géographie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le collège de Dormans à son ouverture.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le collège de Dormans à son ouverture.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le collège de Dormans à son ouverture.
» Wagner Ouverture de Tannhauser
» [ News ] Ouverture d'un bar "Zimmer 483" en Espagne!
» Ouverture à la française
» L'ouverture du forum : accord officiel de Florent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un p'tit coin tranquil' :: Le coin nostalgie :: Souvenirs Souvenirs-
Sauter vers: