Un p'tit coin tranquil'

S'amuser, s'informer, échanger, se détendre, sont les maître-mots en ces lieux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'envers et l'endroit d'Albert Camus.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5712
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: L'envers et l'endroit d'Albert Camus.   Mar 3 Fév - 15:46

les ouvrages d'Albert Camus ne figurent pas parmi mes livres de chevet comme ceux d' Henri Bosco, Alain Fournier, Louis Pergaud et quelques autres. C'est plus fort que moi, il me faut toujours des livres sur l'enfance et l'adolescence. Camus se situe sur deux terrains : la littérature et la philosophie. Or je ne suis pas spontanément attirée par la philo qui raisonne dans l'abstrait.
Voici un extrait de la préface de " L'envers et l'endroit" recueil d'essais d'une centaine de pages que Camus rédigea en 35 et 36 quand il avait un peu plus de 20 ans mais la préface a été ajoutée longtemps après.

L'extrait suivant avait été proposé comme test d'évaluation à des élèves entrant en seconde il y a bien une quinzaine d'années.
"Mais après m'être interrogé, je puis témoigner que, parmi mes nombreuses faiblesses, n'a jamais jamais figuré le défaut le plus répandu parmi nous, je veux dire l'envie, véritable cancer des sociétés modernes et des doctrines
Le mérite de cette heureuse immunité ne me revient pas. Je la dois aux miens qui manquaient de presque tout et n'enviaient à peu près rien. Par son seul silence, sa réserve, sa fierté naturelle et sobre, cette famille qui ne savait même pas lire, m'a donné alors mes plus hautes leçons, qui durent toujours. Et puis, j'étais moi-même trop occupé à sentir pour rêver d'autre chose. Encore maintenant, quand je vois la vie d'une grande fortune à Paris, il y a de la compassion dans l'éloignement qu'elle m'inspire souvent. On trouve dans le monde actuel beaucoup d'injustices, mais il en est une dont on ne parle jamais, qui est celle du climat. De cette injustice-là, j'ai été longtemps,sans le savoir, un des profiteurs. j'entends d'ici les accusations de nos féroces philanthropes, s'ils me lisaient. Je veux faire passer les ouvriers pour riches et les bourgeois pour pauvrs, afin de conserver plus longtemps l'heureuse servitude des uns et la puissance des autres. Non, ce n'est pas cela. Au contraire, lorsque la pauvreté se conjugue avec cette vie sans ciel ni espoir qu'en arrivant à l'âge d'homme j'ai découverte dans les horribles faubourgs de nos villes, alors l'injustice dernière, et la plus révoltante, est consommée : il faut tout faire, en effet, pour que les hommes échappent à la double humiliation de la misère et de la laideur. Né pauvre, dans un quartier ouvrier, je ne savais pourtant pas ce qu'était le vrai malheur avant de connaître nos banlieues froides. Même l'extrême misère arabe ne peut s'y comparer, sous la différence des ciels.Mais une fois qu'on a connu les faubourgs industriels, on se sent à jamais souillé, je crois, et responsable de leur existence."
Le texte proposé aux élèves était un peu plus long.

Albert Camus est resté fidèle à ses origines, fidèle à l'instituteur Louis Germain qui lui permit d'entreprendre des études. Après avoir reçu le prix Nobel, une fois le fracas médiatique apaisé, Camus écrivit une lettre à son instituteur pour le remercier. Je me permets d'ajouter qu'il était passionné de théatre, la vie mise en scène, dominée et non subie comme disait JL Barrault.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'envers et l'endroit d'Albert Camus.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'envers et l'endroit d'Albert Camus.
» Albert Camus.
» Albert Camus.
» Albert Ketelbey (1875-1959)... trop de la balle!
» Déces d'Albert Reisner...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un p'tit coin tranquil' :: Le coin des loisirs :: La bibliothèque-
Sauter vers: