Un p'tit coin tranquil'

S'amuser, s'informer, échanger, se détendre, sont les maître-mots en ces lieux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 BEPC 1962.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5450
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: BEPC 1962.   Mer 10 Juin - 8:35

Juin 1962. Je suis dans la cour du collège de filles d'Epernay avec mes camarades du collège de Dormans venues affronter les épreuves du BEPC. Il fait beau. Le ciel est bleu. Une brise fraîche et douce nous caresse le visage. Je suis un peu anxieuse mais confiante car deux ans plus tôt j'ai passé le certif pour m'entraîner. Oh je sais, j'ai l'air un peu godiche avec ma natte, mes lunettes et ma blouse impeccable qui cache les vêtements réajustés , offerts par une tante concierge dans un immeuble parisien. Elle récupére les frusques des locataires et nous en faisons nos choux gras. Quelle aubaine ! Les copines du collège ont une blouse aussi et la question vestimentaire ne nous tracasse pas. Nous avons beaucoup travaillé : mathématiques avec le directeur, dictées et questions ,en veux-tu en voilà, suivies de corrections détaillées avec le prof de français, sans compter les explications de textes à préparer à la maison, ou les nombreux exercices écrits et oraux d'anglais avec un jeune professeur revenant de Cardiff. Nous n'avons pas chômé de la sixième à la troisième et ce petit collège de campagne ouvert en 1958 doit faire ses preuves auprès de l'opinion publique, des élus pas toujours convaincus de sa nécessité, et de la hiérarchie de L'Education nationale.
J'ai juste un peu la trouille c'est tout. Je rêve, je regarde les autres candidates qui attendent comme moi et je remarque soudain une belle fille en robe d'été qui se tient à l'écart. Elle est grande et bien faite. J'envie sa poitrine haute et ferme et ses cheveux ondulés sur ses épaules. Comme je voudrais lui ressembler. Pourtant son beau visage me semble triste et ses beaux yeux plus tristes encore, comme effarés. Je me dis qu'elle a peur, bien plus peur que moi et machinalement je lui souris.
Alors elle s'approche :
- Bonjour. Est-ce que tu veux bien m'expliquer comment ça se passe ?
- Tu ne connais pas les épreuves ?
- Non, je ne sais rien et je n'ai pas de livre pour l'anglais.
- Tu n'as pas de livre, ni une liste de textes étudiés signée par le prof ?
- Non j'ai rien.
L'indignation m'envahit. Comment des professeurs peuvent-ils se soucier aussi peu de leurs élèves ? Ca ne se fait pas ! Ce n'est pas possible quand même!
- Mais tu viens d'où ?
- D'Alger.
- Et dans ton collège, on ne t'a rien expliqué, on ne vous a pas préparées aux épreuves ?
- Si, on avait commencé mais le collège a fermé il y a trois mois et il a fallu que je revienne en France parce que c'était dangereux de rester.
- Et quand es-tu arrivée en France ?
- La semaine dernière.
La guerre que je croyais si loin est donc arrivée jusqu'à moi. La folie de la haine et de la violence a traversé la Méditerranée chassant cette adolescente qui m'interroge sur cet examen qu'elle n'a pas pu préparer sérieusement. Je pense à mon frère envoyé dans la région de Constantine pour surveiller une ferme. Je lui écris régulièrement. Il me manque ce grand-frère qui m'a toujours protégée. Protégée,oui je l'ai été, entourée, aussi. Encadrée dans ma scolarité surtout. Je n'ai jamais eu d'argent de poche. Je ne pssède pas de transistor pour écouter "Salut les copains " chaque soir " après les cours. Il n'y ferait pas bon et je n'y pense même pas car je suis la première de toute la fratrie à bénéficier de l'enseignement secondaire. J'aurais l'impression de trahir toute ma famille si j'écoutais la radio dans ma chambre au lieu de faire mes devoirs et d'apprendre mes leçons. cela ne m'empêche pas de fredonner les chansons à la mode et d'autres plus anciennes. Mes parents aiment chanter. Ma mère surtout, elle chante toujours en épluchant les légumes ou en racommodant. A ce propos, justement, les jolies robes à la mode restént dans les vitrines car Maman a toujours su tirer profit d'un coupon de tissu pour tailler la toilette du dimanche. Je comprends brusquement que j'ai eu tout ce qu'il fallait. Et devant cette belle fille complètement perdue me voilà forte tout d'un coup. Alors je joue à mon tour la grande soeur rassurante :
-T'inquiète pas. je vais t'expliquer. Pour le livre d'anglais , je te prêterai le mien. Je te montrerai des textes pendant la pause de midi et tu diras à l'examinateur que ce n'est pas de ta faute.

C'était un matin de juin 1962. Je n'ai jamais revu cette belle fille au regard perdu, noyé d'angoisse qui m'a appris dans sa détresse que j'avais eu bien de la chance dans mon petit collège tranquille de campagne. Je ne l'ai jamais revue mais je n'ai pas oublié son sourire quand elle s'est installée non loin de moi dans la salle d'examen où le hasard nous avait réunies et j'ai encore dans la bouche la fraîcheur de la pastiile Pulmol qu'elle m'avait offerte pour me remercier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
torro

avatar

Masculin
Nombre de messages : 179
Age : 50
Localisation : içi ou sur les vagues
Date d'inscription : 12/01/2010

MessageSujet: Re: BEPC 1962.   Mer 24 Fév - 19:55

Et pourtant je crois qu'ils avaient le meme programme d'ailleurs tous les ecoles dispensaient les cours en francais sauf ceux des musulmans qui etaient sous les autoritès des mosquèes .En algerie la francopnonie a cessè depuis 1973 l'arabisation arriva en force;en algerie y'avait les memes livres que ceux dispensès en france , les memes procèdès pedagogiques d'ailleurs y'avait pleins de professeurs francais mais avec la modernisation tout a disparu et la nostalgie s'installa.........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
BEPC 1962.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BEPC 1962.
» Coltrane Plays The Blues (1962)
» DISCORAMA #1 Bob Dylan (1962)
» I got a woman Olympia 1962
» Tout public 1962-92

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un p'tit coin tranquil' :: Le coin nostalgie :: Souvenirs Souvenirs-
Sauter vers: