Un p'tit coin tranquil'

S'amuser, s'informer, échanger, se détendre, sont les maître-mots en ces lieux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sarajevo mon amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
coline

avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Sarajevo mon amour   Ven 29 Déc - 11:07

Sarajevo mon amour
De Jasmila Zbanic

Ours d’Or 2006 à Berlin

Sarajevo, mon amour est le premier long métrage de Jasmila Zbanic, née en 1974 à Sarajevo. Diplômée de l'Académie d'Arts dramatiques de Sarajevo, elle fut Marionnettiste et clown avant d'être réalisatrice. A partir de 1997, elle a signé plusieurs courts métrages, dans lesquels elle évoquait déjà l'après-guerre en Bosnie.

Le titre original du film est Grbavica.
"Grbavica est un quartier tout près de l'immeuble dans lequel je vis. Pendant la guerre, cette zone était assiégée par l'Armée serbo-Monténégrine, et transformée en camp de guerre spécial, où la population était torturée. Lorsque vous marchez dans Grbavica, aujourd'hui, vous pouvez voir des immeubles typiques du régime socialiste, des résidents locaux, des magasins, des enfants, des chiens ... Mais en même temps, vous pouvez sentir la présence de quelque chose d'indicible et d'invisible, cet étrange sensation d'être dans un endroit marqué par la souffrance humaine. Grbavica est un microcosme auquel appartiennent Esma et les autres protagonistes". (Jasmila Zbanic)

(Ce que dit ici Jazmila Zbanic me fait penser au livre La Pleurante des rues de Prague de Sylvie Germain. J'en parlerai prochainement...)

Esma (Mirjana Karanovic que vous avez vue dans des films de Kusturica), vit seule à Sarajevo avec sa fille Sara, une adolescente de douze ans au caractère bien trempé. Sara doit participer à une excursion scolaire. Si elle peut fournir un certificat attestant que son père est mort en héros pendant la guerre, elle n’aura pas à payer. Elle demande cette attestation à sa mère qui, elle, prend un travail difficile de serveuse dans une boîte de nuit afin de réunir l'argent nécessaire...
Sara a le sentiment que sa mère lui cache quelque chose...

« Sarajevo, mon amour est avant tout une histoire d'amour. Un amour qui n'est pas pur, parce qu'il a été mélangé de haine, de dégoût, de peur, de désespoir. Il s'agit aussi de l'histoire des victimes qui, bien qu'elles n'aient commis aucun crime, ne sont pas entièrement innocentes devant les générations futures. Enfin, Sarajevo, mon amour est un film sur la vérité, ce pouvoir absolument nécessaire pour progresser, une vérité dont la société de Bosnie Herzegovine a besoin pour essayer d'atteindre sa maturité." (La réalisatrice)

Ce film (imparfait sur le plan strictement cinématographique, notamment au niveau de la mise en scène) est vraiment poignant. D’autant plus indispensable qu’il met en avant l'indispensable nécessité qu’il y a à dire et affronter la vérité pour pouvoir survivre aux horreurs de la guerre.

L’article d’Amnesty International qui soutient ce film(parce qu'il plaide en faveur de la vérité, de la mémoire) est intitulé: Mère courage à Sarajevo.
Oui, Esma est vraiment une mère courage.

On la suit dans des groupes de paroles où se réunissent les femmes durement éprouvées par la guerre et ce qu’elles ont à vivre aussi, maintenant, dans l’après-guerre.

On la suit dans tout ce qu’elle entreprend de démarches humiliantes pour payer le voyage de Sara.

On la suit alors qu’elle travaille durement dans la boîte de nuit où certaines scènes la ramènent, on le voit bien, à des épisodes douloureux de son histoire.

On la voit aimer tendrement et aussi affronter sa fille Sara, craquante et difficile.

On la voit taire avec obstination puis dire la douloureuse vérité.

On la voit survivre à l’horreur.

« L’un des problèmes en Bosnie Herzégovine est que peu de gens se repentent de ce qui est arrivé. Plus de 100 000 personnes ont été tuées, 1 000 000 expulsées – et pratiquement pas de pénitence, raconte la réalisatrice qui constate également que le sentiment de vengeance n’existe pratiquement pas, ce qui est une grande victoire pour notre société ». (la réalisatrice)

La littérature est bien la preuve que la vie ne suffit pas.
(Fernando Pessoa)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sarajevo mon amour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [fanfiction] L'amour sur msn
» Les plus beaux duos d'amour
» vend enveloppe promo je te rends ton amour
» [ OS ] Pour l'amour d'une fille.
» Juste une envie ... Quel est votre tue l'amour?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un p'tit coin tranquil' :: Le coin des loisirs :: Grand et petit écran-
Sauter vers: