Un p'tit coin tranquil'

S'amuser, s'informer, échanger, se détendre, sont les maître-mots en ces lieux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La mine d'enfer de jean-Claude Poitou.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5712
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: La mine d'enfer de jean-Claude Poitou.   Dim 29 Nov - 16:31

LA MINE D’ENFER de Jean- Claude Poitou.

La mine d’enfer. De notre envoyé spécial à Courrières. 1906.

Il y a maintenant un peu plus de cent ans, au matin du 10 mars 1906, un puissant coup de grisou fait voler en éclats les installations de la mine de Courrières. Le bilan est lourd, très lourd : 1200 mineurs ont péri dans la catastrophe.
Un rédacteur du quotidien « La Petite France » est envoyé sur place, toutes affaires cessantes pour enquêter sur l’événement. Il espère être à la une d’une éventuelle édition spéciale et informe sa bien-aimée Lucie d’un retour rapide.
Sur place, l’ampleur du drame le fait changer d’avis. Il assiste bouleversé à la remontée des corps difficilement reconnaissables, découvre que cet accident résulte d’une série de négligences n’ayant pas pris au sérieux les signes annonciateurs du danger pour des raison de rentabilité, puis se voit contraint de rester pour suivre au jour le jour la grève des mineurs et l’évolution des négociations. Les revendications portent sur les conditions de travail et l’aide à apporter aux veuves et aux orphelins. Ceux-ci sont d’ailleurs très jeunes puisqu’à cette époque on descend à la mine à peine sorti de l’enfance pour un salaire moindre évidemment.
« Car le charbon, contrairement aux apparences, n’est pas une pierre noire qui salit les mains. C’est de l’or, l’or de notre époque, le sang de l’industrie. » (p.102.). Tels sont les propos d’un autre journaliste rencontré au Grand hôtel du Commerce. Il ne craint pas de préciser que les actionnaires empochent des bénéfices étourdissants, chaque année plus élevés, tandis que la misère accable ceux qui perdent leur vie à vouloir la gagner.
La grève dure. Au fond dans les galeries, l’incendie n’est toujours pas maîtrisé. Ordre est donné d’abandonner les recherches et murer la mine Trois semaines plus tard, treize rescapés apparaissent au grand jour. La révolte loin de s’apaiser s’envenime : l’armée est partout. Onze bataillons, en provenance des places fortes de l’Est débarquent dans le Pas de Calais.Un lieutenant « venu concourir au rétablissement de l’ordre déjà trop longtemps troublé est terrassé par des mains criminelles » titre la presse. Rafles, arrestations et jugements vont suivre.
Rentré chez lui à Paris, le narrateur n’est plus le même. Il a beaucoup appris : « Si étrangers aux premiers jours, les gens d’ici me sont devenus proches.Je crois commencer à les comprendre. J’ai découvert un univers différent, attachant, et surtout méritant un immense respect.Je connais maintenant le poids d’un morceau de charbon en sueur d’homme, en fatigue d’homme, en vie d’homme. C’est cela que j’ai appris et j’en serais presque fier (car si peu le savent). (p. 123.) Comment ne pas songer ici au nègre de Surinam déclarant à Candide, le personnage éponyme du conte philosophique de Voltaire : « C’est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. » Quelque temps plus tard un scandale éclate, et cette fois la presse interroge et accuse : « Où sont passés les millions destinés aux familles des victimes ?
Reposant sur une solide documentation historique complétée par des documents iconographiques, le récit de Jean-Claude Poitou est d’une réelle qualité littéraire. Dans la peau d’un journaliste de l’époque, chargé de couvrir l’événement, on suit l’éveil d’un témoin qui s’efforce de comprendre avec sensibilité et rigueur les rouages impitoyables de l’économie et de la politique, écrasant sans états d’âme ceux ... qui sont au charbon. Aux rebondissements du reportage quotidien s’ajoutent les épanchements propres au genre épistolaire, et le lecteur s’attache lui aussi à l’univers de la mine. On songe à Germinal de Zola, mais Jean-Claude Poitou réussit parfaitement à s’en démarquer et à affirmer sa vision personnelle tout autrement.

VO Editions. LE TEMPS DES CERISES. 300 pages. 30 euros.

J'avais régigé cette analyse en 2006 pour le dernier numéro, le 18, de la défunte revue " Les mots du nau." J'ai pensé qu'elle pourrait intéresser le habitués du p'tit coin tranquil puis que nous parlions de la mine ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17439
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: La mine d'enfer de jean-Claude Poitou.   Dim 29 Nov - 16:56

Merci Hélène.
Il y a eu un film, et un ou deux livres dont j'ai parlé, mais il faudrait fouiller pour retrouver les messages... pas le courrage, pardon...
Ce qui est certain, c'est que pour l'un c'est sur la rubrique grand et petit écran et pour l'autre ou les autres, dans la rubrique bibliothèque, ou histoire...

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Tonax

avatar

Nombre de messages : 3467
Age : 47
Date d'inscription : 11/07/2008

MessageSujet: Re: La mine d'enfer de jean-Claude Poitou.   Lun 30 Nov - 0:00

1200 mineurs !!! affraid

Ton commentaire, Hélène, est excellent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17439
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: La mine d'enfer de jean-Claude Poitou.   Lun 30 Nov - 6:15

Oui, Tonax, il y a eu énormément de morts, peu de survivants en comparaison à l'effectif total... bien qu'il y en ai eu quand même dans les 600 il me semble, mais le gros des survivants sont ceux qui ont pu sortir tout de suite parce qu'ils étaient près des puits éloignés (le 3, le 4...), tandis que ceux qui ont été pris dans la catastrophe n'ont pas eu beaucoup de chance. Un petit groupe, 10/15, sont restés plusieurs jours, abandonnés de la compagnie qui voulait sauver les galeries qui pouvaient l'être même en condamnant les éventuels rescapés, éventuels parce qu'il n'y avait vraiment que peu d'espoir.

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5712
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La mine d'enfer de jean-Claude Poitou.   Lun 30 Nov - 9:31

Tu sais Tonax, je n'ai pas beaucoup de mérite. Ce fut et c'est toujours mon boulot d'analyser des bouquins pour transmettre et partager mes découvertes. Si on ne partage pas, c'est sans intérêt et celle qui a le plus envie de partager ici, et donne l'exemple, c'est peut-être bien la maîtresse de maison je crois. Elle a donné le départ et tient la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La mine d'enfer de jean-Claude Poitou.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La mine d'enfer de jean-Claude Poitou.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La mine d'enfer de jean-Claude Poitou.
» Jean-Claude Risset
» Jean-Claude Malgoire, chef d'orchestre
» Jean Claude Bader
» les expression de jean claude vandame!!!!!le roi du kamoulox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un p'tit coin tranquil' :: Le coin des loisirs :: La bibliothèque-
Sauter vers: