Un p'tit coin tranquil'

S'amuser, s'informer, échanger, se détendre, sont les maître-mots en ces lieux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Approche de Montesquieu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5712
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Approche de Montesquieu.   Jeu 6 Oct - 9:01

APPROCHE DE MONTESQUIEU, proposée le mercredi 14 septembre 2011 au centre de vacances de Lacanau Océan.

Rappels biographiques.

Charles-Louis de Secondat, baron de la Brède, par sa mère et de Montesquieu par son père naît en 1689 au château de La Brède. Il mourra en 1755 à Paris et sera enterré à Saint-Sulpice ; De tous les philosophes, seul Diderot assistera à son enterrement.
Montesquieu a vécu sous le règne de Louis XIV, la Régence de Philippe d’Orléans et le règne de Louis XV. Après une enfance à la campagne, où il grandit avec des paysans et où il apprend à lire, il entre en 1700 au collège des Oratoriens de Juilly près de Paris. Les Oratoriens sont mal vus du pouvoir. Le confesseur de Louis XIV leur reproche d’enseigner la philosophie cartésienne interdite à l’époque, de montrer un blâmable « esprit d’indépendance et de liberté » et d’être « républicains ». Un oncle du futur écrivain s’est ouvertement opposé à la Révocation de l’Edit de Nantes.
Devenu magistrat, Montesquieu le restera pendant 10 ans puis vendra sa charge pour se consacrer à l’écriture aux voyages. IL partagersa vie entre son domaine viticole de mars à octobre et Paris le reste de l’année. Il fréquente les milieux intellectuels et apporte sa contribution à l’Encyclopédie en rédigeant l’article « Goût » Durant ses absences, son épouse se révèle une gestionnaire efficace. Il voyage beaucoup dans divers pays d’Europe, observe, interroge, compare et lit. Son importante bibliothèque, au jourd’hui disparue, comportait environ 5000 livres. Son œuvre reflète son insatiable curiosité et sa recherche d’un ordre universel bâti sur la raison.

Les œuvres.

En 1721, il publie sans nom d’auteur les Lettres persanes.
En 1725 : Le temple de Gnide. (Conte libertin.)
En 1734 : les Considérations sur les causes de la grandeur et de la décadence des Romains.
En 1748 : De l’esprit des lois. Cet ouvrage remettant en question la religion et la Monarchie absolue est mis à l’index. En conséquence Montesquieu va publier en 1750 la Défense de L’Esprit des lois.
Pour Montesquieu, la décadence des Romains s’explique. Elle n’est pas due au hasard. Les événements de l’Histoire obéissent à une logique profonde qu’il convient de rechercher en observant et en raisonnant. Montesquieu développe l’idée de déterminisme historique.
De l’’esprit des lois a été écrit sur 20 ans. Montesquieu dépasse la notion de loi qui commande et lui qui interdit. Il part de la notion de lois physiques, ces lois qui régissent l’univers et il applique cette notion au domaine politique. Il faut dégager les causes qui ont engendré les lois selon les pays et voir le rapport nécessaire venant de la nature des choses et la loi qui en découle. Pour défendre son point de vue, Montesquieu voyage, observe, écoute et étudie tout ce qui relève du politique, du juridique de la psychologie, de la morale… Il applique l’esprit scientifique aux faits politiques et sociaux et remet en question tout ce qui semble aller de soi : le mélange des 3 pouvoirs, l’esclavage, l’intolérance, la torture… Il recherche ce qui est universel pour le concilier avec le particulier. « La loi en général est la raison humaine en tant qu’elle gouverne tous les peuples de la terre ; et les lois politiques et civiles de chaque nation ne doivent être que les cas particuliers où s’applique cette raison humaine. » (De l’esprit des lois,Livre I, chapitre 3)

LES LETTRES PERSANES.

Les sources.

En cette veillée dans le cadre d’un centre de vacances, j’ai choisi, de m’attarder sur les Lettres persanes car elles contiennent la démarche et les idées de Montesquieu sous une forme agréable. Par ailleurs l’Orient et le roman par lettres sont à mode. Parmi plusieurs sources d’inspiration, Montsquieu s’appuie de L’espion turc de Marana où l’on voit un musulman s’étonner des pratiques chrétiennes. Cependant il dépasse le modèle, gardant le pittoresque pour le mettre au service d’une réflexion philosophique sur la relativité des coutumes et la recherche d’un ordre universel bâti sur la raison.
Par ailleurs le cosmopolitisme, les voyages et récits de voyages, vécus ou imaginaires, jouent un rôle particulièrement important dans la création littéraire et l’évolution des idées au XVIII° siècle.

Les personnages, le cadre et l’époque.

L’ouvrage de Montesquieu comporte plusieurs personnages échangeant des lettres durant 8 ans, de 1712 à 1720, ce qui entraîne l’alternance des points de vue.
Deux persans, Usbeck et Rica arrivent à paris et donnent des nouvelles à leurs compatriotes qui leur en donnent en retour. Ils s’étonnent de tout ce qu’ils découvrent dans le royaume de France et les certitudes de l’ordre établi s’écroulent. Ce procédé de l’ingénuité sur un ton badin et grave à la fois, sera repris par Voltaire ave l’Ingénu et Candide. Tel un marionnettiste, l’auteur tire les ficelles de ses personnages et l’apparence du badinage rend plus digeste un contenu sérieux.
Usbeck, personnage important, a quitté son sérail pour voyager. Il est en quête de la sagesse et d’un idéal humain. Il doute de sa valeur et est tiraillé par ses contradictions. Il remet en question la polygamie mais il la pratique. Il admire l’Occident tout en le condamnant. Il hésite entre le luxe et la frugalité.
Rica, son compagnon de voyage, est plus jeune et plus incisif, plus moqueur et plus direct. Il arrache les masques et relativise plus vite. Pour lui, le vrai et le juste sont inaccessibles.
Mirza est un ami resté à Smyrne.
Ibben et et son ami Rhédi sont restés à Venise.
Les enuques gardent le sérail. Esclaves d’Usbeck et maîtres des femmes, ils sont l’instrument d’un pouvoir totalitaire dont ils sont victimes : ils expriment leur souffrance d’être castrés.
Les femmes du harem donnent l’impression d’un troupeau que l’on promène.Zaki est sensuelle, Zélis finira par ne plus aimer son maître et Roxane la préférée va se révolter et choisir sa mort.

Comment est écrit cet ouvrage ?

Il s’agit d’un roman par lettres avec alternance des points de vue comme il a été précisé plus haut, mais dans l’histoire cadre se terminant par une tragédie, s’intègrent trois autres récits, véritables apologues reliés au récit principal : les Troglodytes, Aphéridon et Astarté, Ibrahim et Anaïs.
Pour illustrer cette brève présentation, j’ai proposé la lecture de quelques lettres, partiellement ou dans leur intégralité.
- Lettres XXIV et XXXVII pour la critique de l’absolutisme de droit divin. (Le roi est vieux, les courtisans l’idolâtrent, les pouvoirs sont confondus et la superstition l’emporte sur la raison.)

- Lettres XLVI et LVII sur l’hypocrisie religieuse, le fanatisme et les prêtres pervertis par le célibat et l’oisiveté.)

- Lettres XXXVI et LVII sur la vie sociale.( Tout est mensonge et comédie futile. La vie intellectuelle parisienne tourne autour de querelles idéologiques souvent futiles.)
Avec le recul, force est de constater que la pensée de Montesquieu a joué un rôle décisif dans les événements qui ont marqué la fin du XVIII° siècle.

Terminons par ce constat de Paul Valéry : « Entrer chez les gens pour déconcerter leurs idées, leur faire la surprise d’être surpris de ce qu’ils font, ce qu’ils pensent et ce qu’ils n’ont jamais conçu de différent, c’est au moyen d’une ingénuité feinte ou réelle, donner à ressentir toute la relativité d’une civilisation, d’une confiance absolue dans l’ordre établi. » La lecture des Lettres persanes n’a rien perdu de son actualité.

Hélène Charpentier.
[i]


Dernière édition par Charpentier Hélène le Ven 7 Oct - 9:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17439
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: Approche de Montesquieu.   Jeu 6 Oct - 16:46

Je comprends que tu ai ragé lorsque ton message ne s'est pas posté !



Bon, je vais lire...

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5712
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Approche de Montesquieu.   Jeu 6 Oct - 16:59

Ce n'était pas celui-là. Celui qui a disparu, je l'ai recommencé, c'est tout. Et en plus, j'en ai encore rédigé encore un autre pour le journal bimestriel de l'association. Tiens je vais le chercher et je vais le mettre ici. Bien entendu il y a des redites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Approche de Montesquieu.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Approche de Montesquieu.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Binaire/ternaire - Mesure simple/mesure composée
» Une approche de la notion de gamme
» A l'approche de Villeneuve.... vos impressions?
» C - L'approche en degrés
» Bayonne ça approche!!!! du 30/07 au 3/08/2008....qui sera la-bas?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un p'tit coin tranquil' :: Le coin des loisirs :: La bibliothèque-
Sauter vers: