Un p'tit coin tranquil'

S'amuser, s'informer, échanger, se détendre, sont les maître-mots en ces lieux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

  Billy Elliot.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5451
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Billy Elliot.   Mer 16 Nov - 9:15

Sur Gulli, nous avons regardé Billy Elliot, film anglais pour lequel je n'ai effectué encore aucune recherche.
L'action se déroule dans un cité minière en Grande Bretagne. Le jeune Billy, âgé d'un dizaine d'années a perdu sa mère. Il vit avec sa grand-mère, son père et son frère mineurs. Les mineurs sont en grève , manifestent et affrontent les forces de l'ordre. Sur l'insistance de son père, le jeune Billy prend des cours de boxe qui ne le passionnent pas. Il préfère regarder les cours de danse dans une salle jouxtant la salle d'entraînement à la boxe. La femme qui encadre les fillettes le remarque et l'intègre dans le cours. Billy laisse croire aux siens qu'il va aux cours de boxe. Le pot aux roses est découvert. Le père et le frère aîné sont furieux : il est indécent de rêver à une carrière artistique alors qu'il faut se battre, dans tous les sens de ce mot, pour gagner sa vie. Une altercation avec la prof dévouée et désintéressée-elle-même a d'ailleurs des problèmes affectifs difficilement assumés et sa gamine est d'une précocité inquiétante ce dont Billy s'est aperçu sans se laisser tenter- laisse prévoir que le rêve ne se réalisera pas jusqu'au soir, celui de Noël, si j'ai bien compris, où le père surprend son fils en train de danser dans la salle d'entraînement. Il prend conscience des possibilités de l'enfant et malgré les difficultés financières imposées par la grève, les mineurs portés sur la boisson comme distraction, se solidarisent pour payer le voyage à Londres où Billy doit passer une audition. Billy et son père ne sont jamais allés à Londres. Le contraste entre les petites maisons de la cité et le luxe fastueux du palais où se déroule l'audition est saisissant. Billy a beaucoup travaillé. Il impressionne le jury mais il est rappelé à l'ordre. Se sentant mal à l'aise devant les candidats issus de milieux favorisés, il a réagi par la castagne. Lui et son père rentrent à la maison sans se faire d'illusions.
La vie laborieuse et terne reprend son cours. Le père a renoncé à la grève pour payer les études de son fils car une bonne culture générale a été exigée en cas de réussite à l'audition. Ce renoncement donne lieu à un affrontement entre le père et le fils aîné qui prétend que Billy est trop jeune pour être vraiment motivé.
Une lettre arrive enfin.Personne ne l'ouvre. On attend que Billy l'ouvre lui-même à son retour de l'école. Billy s'enferme, ouvre la lettre, la lit et la relit en silence et demeure figé. Dans la pièce voisine, le père, le frère, la grand-mère ne supportent plus d'attendre et se précipitent. Billy parvient à articuler qu'il est admis.
Fou de joie, le père se précipite à la réunion syndicale pour annoncer la nouvelle mais son bonheur tout neuf se heurte à la déception des mineurs. Les syndicats ont plié.
L'image finale est superbe : le père, le frère ,un ami d'enfance - celui-là aimait aussi la danse mais avait l'habitude de s'habiller en fille et Billy ne s'était pas laissé tenter - viennent assister à une représentation du Lac des cygnes dont Billy adulte est le danseur principal. On vient lui dire à l'oreille que son père et son frère sont dans la salle. Il respire un grand coup et s'envole comme il l'avait confié au jury lors de l'audition :" quand je danse, je disparais, je m'envole, j'ai de l'électricité dans mon corps."
L'art est donc une libération qui permet de s'affranchir des laideurs et des souffrances mais les épreuves et les embûches sont encore plus nombreuses et douloureuses aux enfants d'un milieu défavorisé Sur ce point la force de carctère de certains enfants donne à réfléchir et peut servir d'exemple à de nombreux adultes. Néanmoins la premier obstacle à surmonter pour accéder à l'art et à la culture qui rendent la vie plus riche et plus intense, est de s'affranchir de toutes les pressions , tentations et idées reçues. pour laisser apparaître une solide motivation. Sois toi-même avait dit le professeur de danse à Billy dans un moment de doute. Il y est parvenu après avoir beaucoup enduré car le contexte économique et social de l'Angleterre des années Thatcher n'était pas favorable aux plus démunis.[i]


Dernière édition par Charpentier Hélène le Mer 16 Nov - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5451
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Billy Elliot.   Mer 16 Nov - 10:47

www.ac-limoges.fr/anglais/spip.php?article31

Ce site propose une analyse détaillée très intéressante du film à exploiter avec des classes de lycée mais tous ceux qui ont aimé le film peuvent s'y reporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acanthe

avatar

Féminin
Nombre de messages : 205
Age : 54
Localisation : Sud-Ouest de la France
Date d'inscription : 17/02/2011

MessageSujet: Re: Billy Elliot.   Jeu 17 Nov - 19:25

Je l'ai vu lors de sa sortie, et j'avais emmené mon fils aîné, qui devait alors avoir 12/13 ans. A la sortie du cinéma, il m'a déclaré "c'était très ennuyant".
Sinon, ce film nous offre un très beau portrait du père, d'ailleurs interprété par un acteur, dont j'ignore le nom, mais que j'aime beaucoup.
Les dernières minutes, lorsque Billy est dans les loges, qu'on ne voit que ses jambes et qu'il s'élance en scène pour Le Lac des Cygnes, m'émeut à chaque fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5451
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Billy Elliot.   Ven 18 Nov - 8:57

La réaction de ton fils me semble normale car plusieurs sujets de réflexion se superposent : l'histoire d'un enfant à la recherche de son identité et de sa voie, une famille disloquée par le décès de la mère, l'arrière plan économique et social, les valeurs et les préjugés d'une classe sociale modeste et laborieuse mais capable de solidarité, d'ouverture d'esprit... Il y a aussi la souffrance des uns et des autres : l'enfant, le grand-frère, le père, les mineurs, la grand-mère, la prof de danse... Par ailleurs on peut être aussi dérouté par le langage cinématographique qui juxtapose à grande vitesse les moments où Billy travaille en réalité et en imagination. On ne peut pas dire que ce soit un film bien gai pour un gamin. Il aurait fallu quelques scènes où la spontanéité et les maladresses de l'enfance fassent rire sans arrière pensée. Je vois deux scènes où l'on pourrait sourire mais où on ne sourit pas vraiment :
- la bagarre de polochons avec la fille du professeur mais la gamine est d'une précocité douteuse et me rappelle la petite Nana dans le film Gervaise de René Clément, adaptation de L'Assommoir de Zola; ( Le film Gervaise est en noir et blanc et l'histoire est tout aussi sombre mais la scène où les deux femmes se crêpent le chignon et où Gervaise donne une fessée à sa rivale faisait bien rire mes potaches et maintenait leur attention. )
- la scène où Billy affuble d'un tutu son jeune voisin pour l'initier à la danse mais on sait que le gosse se déguise en fille en cachette régulièrement.
Par contre la scène de la réception de la lettre est émouvante : toute la famille attend, attend, attend...et bondit comme un seul homme dans la pièce où Billy s'est retiré. C'est du cinéma c'est vrai, c'est un peu forcé mais c'est tellement humain. Cette scène m'a rappelé ma réussite au concours d'entrée à l'École Normale en juin 63. Mon père et mes frères rentraient les foins. Le directeur du collège a annoncé mon succès et ce fut un moment d'émotion et de partage comme dans ce film.

Ce n'est pas un film où l'enfant s'affranchit de la grisaille et du monde décevant des adultes en s'envolant dans un monde imaginaire dont il tire les ficelles à son gré. Certes Billy s'envole, disparaît, est parcouru par une sorte d'électricité ( est-ce le feu sacré ?) comme il le dit lors de l'entretien avec le jury, mais au prix d'un travail acharné et contraignant qui ne ressemble guère à la liberté du rêve.

Je remarque que l'analyse détaillée proposée par le lien d'une exploitation pédagogique s'adresse aux élève de lycée.

C'est un très bon et très beau film que je reverrai avec plaisir et intérêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Acanthe

avatar

Féminin
Nombre de messages : 205
Age : 54
Localisation : Sud-Ouest de la France
Date d'inscription : 17/02/2011

MessageSujet: Re: Billy Elliot.   Dim 20 Nov - 17:52

Merci pour ces éclairages sur ce film !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Billy Elliot.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Billy Elliot.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Billy Preston
» Billy WALLACE
» Bastille - Britten: Billy Budd - Avril-mai 2010
» Billy STRANGE
» Elliot Goldenthal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un p'tit coin tranquil' :: Le coin des loisirs :: Grand et petit écran-
Sauter vers: