Un p'tit coin tranquil'

S'amuser, s'informer, échanger, se détendre, sont les maître-mots en ces lieux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Jean Lurçat.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5709
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Jean Lurçat.   Dim 21 Avr - 8:18

http://img.over-blog.com/481x599/0/20/25/27/taapisserie.jpg

J'ai donc repris mon canevas abandonné il y a plus de 35 ans représentant un coq flamboyant entouré de raisins et de feuillages bleus. Je l'avais choisi à l'époque parec qu'il me plaisait et parce qu'il me faisait penser aux merveilleuses tapisseries de Jean Lurçat. Or ce je viens de découvrir que ce canevas reproduit justement une tapisserie de Jean Lurçat, un artiste dont la vie et l’œuvre méritent le détour.

http://musees.angers.fr/typo3temp/pics/52f700dfe7.jpg

Copier-coller expliquant la tapisserie illustrant le champagne. (lien ci-dessus )

La composition de Champagne s’organise en diagonale. L’artiste a voulu ainsi exprimer le mouvement, l’impulsion, la joie de vivre. A gauche, une cuve de champagne, en bois, est enserrée dans une vigne aux vigoureuses racines ; auréolée de rayons bleus, elle laisse échapper des jets de bulles blanches, bleues et rouges, auxquelles se mêlent une multitude de papillons colorés. Posée au sol, une cornemuse suggère que la musique contribue à la fête.
En retombant sur le sol, le breuvage fertilise la terre et donne vie à une végétation luxuriante d’iris aux feuillages bleus. Plus haut, un papillon bleu se détache par sa taille imposante. C’est lors d’un voyage au Brésil, en 1954, que Jean Lurçat a découvert des papillons qui l’ont impressionné. « Ce qui m’intéresse dans le papillon, ce n’est pas la réalité de cet insecte, c’est l’invention extraordinaire que constituent l’entrelacs des formes, le pétillement des coloris […]. J’ai besoin de ces formes et de ces lignes inattendues, dégagées. De cet éclatement, de ce mouvement. »
En bas à droite, un crâne humain, à peine discernable, est posé à l’envers. Des plantes ont pris racine et s’épanouissent à travers les orbites : peut-être une allusion aux vanités, ces tableaux réalistes très prisés aux 17e et 18e siècles dont les crânes, les sabliers, les fleurs fanées, rappelaient le caractère éphémère de la vie et invitaient à la tempérance. Mais Jean Lurçat, en reléguant ce crâne en périphérie de la composition et en le retournant, semble inverser le concept. Il donne à la vie toute sa vigueur et sa force tout en confirmant son espoir en l’homme.

« Champagne. C’est le jaillissement. Le vin n’est rien, rien qu’un liquide pervers si le cœur n’en est pas le vase. » Jean Lurçat
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medea

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1545
Localisation : Chicago-on-Wallonie
Date d'inscription : 23/04/2012

MessageSujet: Re: Jean Lurçat.   Dim 21 Avr - 18:01

Bonsoir, je suis pleine d'admiration, c'est magnifique ! on n'apprend plus ça à l'école, ou en famille et recoudre mon premier bouton s'est soldé par une poche cousue, honte à moi et pourtant, d'habitude, j'ai l'esprit assez pratique et puis, on dirait que la patience n'existe plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17438
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: Jean Lurçat.   Lun 22 Avr - 9:11

Je me souviens des cours de technologie, on avait après quelques points de broderie, à cuisiner des œufs mimolettes, et d'autres petites choses comme ça. Mais je me souviens aussi à l'époque que je me demandais à quoi ça servait. L'école c'était pour les leçons avec un livre et un cahier dans ma tête. C'était au collège. Les premières années, après le collège a été rénové et les cours aussi semble-t-il.
En même temps, cela me faisait penser aussi à ce qu'on voit dans certains téléfilms : les cours donnés dans les écoles américaines aux filles enceintes ou allant avoir un enfant alors qu'elles sont encore mineure : tout ce qu'il faut pour être une bonne petite ménagère, mais rien pour en faire autre chose, et ça c'est le genre de truc qui me sort par les trous de nez et du fait, cela me donnait une mauvaise image des cours de technologie de cette époque.

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5709
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Jean Lurçat.   Lun 22 Avr - 12:12

A l'école primaire, une couturière du village venait enseigner les bases essentielles de la couture aux filles pendant que les garçons faisaient autre chose ( bricolage en plomberie ou électricté, ou encore jardinage, avec le maître mais je ne sais plus très bien. Ce que je sais c'est que nous devions apporter un carré de tissu assez rigide, du shirting comme on disait, qui mesurait entre 10 et 15 cm de côté. Nous appelions cela " une pièce " et sur cette pièce nous tirions des traits séparés d'un centimètre et nous apprenions les différents points en commençant par les plus simples : le point de devant, le point arrière, le point de tige pour progresser vers des points plus complexes comme le point d'épines et les jours qui constituaient l'étape ultime. Nous apprenions à faire un ourlet, une boutonnière, une bride et une reprise. Pour la fête des mères nous devions réaliser un napperon. Il fallait trouver un motif dans un magazine comme Modes et travaux que nous décalquions avec un papier transparent avant de le recopier sur le tissu du napperon dans le plus grand secret. Nous n'avions pas toujours du papier calque. Il fallait alors se débrouiller et demander à la boulangère si elle ne pouvait pas nous faire cadeau d'un morceau de papier de soie qui ferait l'affaire.
Au collège nous avons continué à étudier la couture et la broderie. L'année où j'ai passé le concours d'entrée à l’École normale, l'épreuve de couture venait d'être supprimée. Heureusement car je n’aurais pas été à la hauteur pour réaliser un poignet ou un col de chemise.
A l’École normale, en seconde, nous avons appris à fabriquer des animaux en feutrine pour les enfants placés dans des foyers et l'année suivante , en première, il fallait habiller des poupées en costume historique ou folklorique pour les enfants placés en foyer mais également pour les enfants des personnels de l'Inspection académique. En terminale, comme il convenait de ne pas échouer au bac, on nous laissait tranquilles mais en année de formation professionnelle nous avions droit à des cours de cuisine, d'information sexuelle ( avec autorisation de la Directrice) et de puériculture. La puériculture je l'avais un peu étudiée pour le certificat d'études primaires et comme j'avais eu une petite sœur pour mes 12 ans, je savais me débrouiller. Nous apprenions aussi à faire des patrons. Le prêt à porter a remplacé tout ce savoir faire.
Pour en revenir à la broderie, j'ai vu qu'il y avait pas mal de sites sur la toile dont celui d'une certaine Hélène : les fils d'Hélène, mais je n'y suis pour rien. J'ai toujours de la patience pour broder et faire du canevas mais pour le tricot je n'ai jamais eu la patience, pas même pour la layette de mes enfants mais ils ont eu des draps brodés.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Medea

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1545
Localisation : Chicago-on-Wallonie
Date d'inscription : 23/04/2012

MessageSujet: Re: Jean Lurçat.   Lun 22 Avr - 13:14

J'ai des amies qui aiment le dessin et peuvent passer des heures à peaufiner un logo sur leur tablette graphique, mais à part ça, je ne connais guère de jeunes à avoir autant de patience. J'ai vu une exhibition de dentellières... rien qu'à voir ça je saute au plafond Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guardian

avatar

Masculin
Nombre de messages : 8548
Age : 65
Date d'inscription : 05/12/2006

MessageSujet: Re: Jean Lurçat.   Lun 22 Avr - 20:32

Spoiler:
 

_________________
Heureux soient les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.
[Michel Audiard]

Pour être brillant aux échecs, faut pas être mat cheers

Si une frite n'a pas de mayo, elle ne pourra pas aller à la piscine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://guardian.forumgratuit.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Lurçat.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Lurçat.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean Lurçat.
» Paul et Virginie de Jean-François Lesueur
» Jean-françois Zygel
» Nouveaux Titulaires de la Primatiale St Jean
» Jean Guillou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un p'tit coin tranquil' :: Foure-tout-
Sauter vers: