Un p'tit coin tranquil'

S'amuser, s'informer, échanger, se détendre, sont les maître-mots en ces lieux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Lady Chatterley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
coline

avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Lady Chatterley   Dim 25 Mar - 18:21

Réalisé par Pascale Ferran

Avec Marina Hands, Jean Louis Coulloc’h, Hippolyte Girardot

Cinq César 2007 : meilleur film, meilleure actrice (Marina Hands), meilleure adaptation, meilleure photographie, meilleurs costumes.

Ce film est une splendide adaptation du roman de D.H. Lawrence.

Wragby Hall, sur la terre des Chatterley, au cœur du pays minier d’Angleterre. 1921.
Constance, Lady Chatterley et Clifford, son mari, sont installés à Wragby.

Quelques mois après leur mariage, Clifford, qui était alors lieutenant de l’armée britannique, revenait du front de Flandres avec le bas du corps paralysé.

Constance coule des jours ennuyeux, enfermée dans son sens du devoir et son mariage avec Clifford. Elle est triste et se vide peu à peu de ses forces. Sa sœur Hilda accourt. Elle exige de Clifford qu’il engage une garde-malade pour ses soins personnels afin d’alléger Constance du poids de cette charge. Mrs Bolton s’installe au château.
Une nouvelle vie commence et c’est bientôt le printemps. Dehors, la végétation s’éveille .Constance effectue ses premières promenades en forêt. Mais la forêt, c’est le territoire du ténébreux Parkin, le garde-chasse du domaine. Et dans sa maison au milieu des bois, Parkin vit à l’écart du monde.

Le film est le récit de leur rencontre, de leur difficile apprivoisement réciproque, et de l’éveil à la sensualité pour Constance….
Le film de Pascale Ferran est une histoire d'amour bucolique toute en finesse et en charme qui émeut. La nature, omniprésente et magnifiquement filmée, sert d’écrin poétique à cet amour très charnel, sensuel et surtout très tendre.
Lady Chatterley est un grand film érotique où les scènes d’amour ne sont jamais crues. Elles dévoilent deux personnages infiniment sensibles et attachants.

Pascale Ferran n’avait pas tourné pour le cinéma depuis treize ans et Petits arrangements avec les morts. Elle réussit avec éclat l’adaptation de Lady Chatterley et l’homme des bois, deuxième version de L’Amant de Lady Chatterley que David Herbert Lawrence rédigea en 1927, moins de trois ans avant sa mort.

Il y a 80 ans, Lawrence avait tenu à prévenir les contre-sens en précisant qu’il n’avait pas écrit un « roman de sexe », que son projet n’était nullement l’exaltation d’amours bucoliques et torrides dans l’Angleterre industrielle des années 20.
« Je veux qu’hommes et femmes puissent penser les choses sexuelles pleinement, complètement, honnêtement et proprement. »


"Parce son film est dégagé de tout affect négatif dans l’approche des scènes sexuelles,Pascale Ferran risque d’être louée pour ce qu’elle n’a pas voulu : faire un cinéma du corps. Le corps, dernier rempart, dernier réel, c’est le leitmotiv depuis presque dix ans. Il faut donc écouter la cinéaste quand elle déclare avoir réalisé un film contre l’époque, c’est-à-dire à l’écart des deux représentations usuelles du désir au cinéma. Un très vieux modèle: violons, ralenti et fondus. Et un modèle plus récent : le désir comme pulsion animale. »
Elle s’en remet aux acteurs, à la vaillance douce de Marina Hands, à la maladresse virile de Jean-Louis Coulloc’h, dont c’est le premier rôle au cinéma. Elle fait surtout éclore autour d’eux une multiplicité de fébrilités »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5716
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: Lady Chatterley   Mer 23 Juil - 19:56

Merci pour cette analyse pertinente. J'ai beaucoup aimé cette adaptation. J'ai lu le roman dans le texte en 1970 quand j'étais étudiante en Lettres pour compléter un autre roman de DH Lawrence qui était au programme :" Amants et fils." Il y a des effets de miroir de l'un à l'autre comme le désir de maternité illustré par la femme attendrie devant les poussins. Depuis, j'ai relu ce roman en français 4 ou 5 fois ,et à chaque fois j'y trouve quelque chose de nouveau en particulier une vision de l'érotisme débordante de tendresse, " d'attention infinie à l'autre " pour reprendre l'expression de Jean- Paul Brighelli dans son fil de discussion traitant des sexes sur le blog "Bonnet d'âne".
Le garde chasse est un tendre. Il a un passé. Il a souffert et compris beaucoup de choses sur les hommes, les femmes, l'injustice sociale, la nature, les animaux et il est capable d'écrire de belles lettres auprès desquelles les causeries littéraires mondaines de Clifford font pâle figure.
Il se trouve que je connais assez bien le quotidien des paraplégiques, en particulier ceux qui sont revenus d'Algérie dans les années 60. Ceux qui ont le mieux réagi pour reconstruire leur vie autrement avec lucidité et bon sens n'étaient pas forcément les plus socialement favorisés. La richesse intérieure et la force de caractère ne sont pas toujours là où on les suppose. Le livre comme ce film, très forts l'un et l'autre, en sont l'illustration.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
Lady Chatterley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lady Chatterley
» [Presse] Lady Gaga et Bill Kaulitz, quel look est le plus rare ?
» Opéra comique - Eötvös - Lady Sarashina
» Nouveau single de Lady Antebellum : "American Honey"
» Tattoo'd Lady (Tattoo + Irish Tour)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un p'tit coin tranquil' :: Le coin des loisirs :: Grand et petit écran-
Sauter vers: