Un p'tit coin tranquil'

S'amuser, s'informer, échanger, se détendre, sont les maître-mots en ces lieux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Contours du jour qui vient

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
coline

avatar

Nombre de messages : 93
Date d'inscription : 28/12/2006

MessageSujet: Contours du jour qui vient   Lun 26 Mar - 22:00

Contours du jour qui vient

Prix Goncourt des Lycéens 2006

L’action se passe dans un pays africain imaginaire, le Mboasu , ressemblant à des pays africains que l’on connaît. Le Mboasu vient de subir une guerre. Il est exsangue : aux prises avec la corruption et la misère aussi bien morale que matérielle. La population en est désemparée.

« Un enfant peut devenir le pire ennemi de ses parents même sans le savoir ».
Les parents peuvent le chasser l’accusant d’être à la source de leur malheur.
C’est ce qui arrive à la petite Musango (paix).
Sa mère la chasse de chez elle après l’avoir battue sous les yeux des voisins. Musango n’a que 9 ans. Son père qui la chérissait et la gâtait est mort sans épouser sa mère. La famille du défunt n’a pas voulu les accepter.
Comme folle de douleur, la mère accuse l’enfant d'avoir le mauvais oeil et la maltraite. Musango qui n’en peut plus un jour s’en va, seule à travers le pays livré au chaos.

Elle tombera aux mains de trafiquants, puis de proxénètes qui agissent dans le cadre d’une secte religieuse.
« La gloire de l’homme telle que professée en ces lieux réclame la totale soumission des femmes et que cette soumission passe par une mort qui ne dit pas son nom. C’est pour cela qu’elles ont été créées, pour être des cadavres vivants ».

Musango erre de difficultés en difficultés et trois ans après trouve la force morale pour retourner auprès de cette mère à laquelle elle pense sans cesse et qu’elle aime. Tout au long du roman, elle s’adresse à elle.

Ce livre est extrêmement poignant car on est confronté à tout ce qu’endure seule la fillette. Ce qu’il dit est à la fois très beau et terriblement cruel.
Dans les premières pages, j’ai cru devoir renoncer. Comme j’avais cru devoir renoncer à la lecture de L’intérieur de la nuit (premier roman édité de Léonora Miano) où, dans un passage, il est question du sacrifice d’un jeune garçon...

Je me suis retrouvée confrontée à la violence inouïe faite à cette petite Musango par sa propre mère.
J’en ai eu le cœur déchiré jusqu’au bout du livre. Parce que cette enfant n’a aucun désir de revanche, elle n’est qu’amour pour cette mère que l’on découvre fragile.
Elle surmonte, elle est l’espoir…et pour elle comme pour l’Afrique se dessinent « Les contours du jour qui vient » et qui sera peut-être meilleur…

Ce roman très bien écrit dénonce les sévices subis par les enfants, la condition des femmes, la misère, la violence , la lâcheté collective.
Avec force et poésie, Léonora Miano évoque une fois de plus les excès et les aberrations de l’Afrique. Elle nous donne son regard sur l’Afrique, à la fois tendre et sans concessions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Contours du jour qui vient
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les déclarations d'Alberto Alvarez sur les derniers instants de Michael Jackson (mis à jour)
» Groupe du jour
» Pass Disney Fantasy à gagner: 100par jour!!!
» Mon rayon de soleil du jour
» le combat du jour oppose…

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un p'tit coin tranquil' :: Le coin des loisirs :: La bibliothèque-
Sauter vers: