Un p'tit coin tranquil'

S'amuser, s'informer, échanger, se détendre, sont les maître-mots en ces lieux
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La météo chez vous

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14  Suivant
AuteurMessage
Adélaide

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1876
Date d'inscription : 27/04/2015

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Mar 30 Jan - 10:12

Fffffff vous me remplissez de nostalgie.......Ici, nous n'avons pas vu le soleil ( sauf une journée) depuis bien 3 semaines....... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5932
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Mar 30 Jan - 10:40

Ici nous sommes au milieu de champs envahis par les eaux et il faut faire des détours pour circuler. Les cygnes sont contents car ils disposent de grands espaces pour circuler et s'approchent des habitations. Tiens si on en profitait pour aller voir de plus près. Quant aux ragondins ils se régalent des denrées vidées des congélateurs. Le malheur des uns fait le bonheur des autres.

Le moral se maintient et grâce à l'Euphytose je me réveille moins dans la nuit.

Nous avons des moineaux, 5 mésanges, un rouge-gorge, un couple de pinsons un merle fidèle et parfois un pic épeiche . Au loin nous entendons le pivert, les corbeaux et la grive. Leur présence est réconfortante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5932
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Mer 31 Jan - 7:50

C'est reparti à la pluie mais cela ne dérange pas la grive qui donne son aubade dès le lever du jour évidemment mais renonce à la sérénade.
L'appel de l'amour semble en avance cette année car je crois savoir qu'il débute vers la saint Valentin. Love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélaide

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1876
Date d'inscription : 27/04/2015

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Mer 31 Jan - 8:36

Hélène, tu t'y connais vraiment en oiseaux......Ici, il fait gris, brouillardeux et glacé; le vent semble se lever.......

Comme oiseaux il y a dans mon jardin de "petit oiseaux" .....hélas des pies ( j'en ai horreur) et des tourterelles, très embêtantes........

Après demain la Chandeleur......." l'hiver se meurt ou prend rigueur......" aujourd'hui, le dicton est = "31 Janvier ne remplit pas les paniers"........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5932
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Mer 31 Jan - 9:07

A propos des pies, voici un texte de Louis Pergaud extrait de Drames des champs et des bois ( collection Nelson.)

La revanche du corbeau est également un petit chef d’œuvre d'observation.
Le père de Louis Pergaud était instituteur et allait à la chasse avec son fils qui bénéficiait ainsi très souvent de stages de classe verte.

Je relis souvent Louis Pergaud et Alain Fournier victimes l'un et l'autre de la Grande guerre pour les suivre dans leurs  évasions réelles ou imaginaires. Marguerite Audoux qui leur a survécu était proche d'Alain Fournier. Elle a évoqué dans Marie-Claire son enfance à l'orphelinat de Bourges et sa jeunesse dans une ferme de Sologne où elle a été bergère avant de partir ensuite comme couturière à Paris.


Drame dans la haie.


La grande haie de la Combe était morne depuis des jours et des jours ; nul chant, nul pépiement, nul froufrou d'aile n'émouvaient avec le sang des aurores ses loges de verdure, ses corridors feuillus, ses terrasses suspendues ou flottantes que parfumaient comme tous les ans les mêmes fleurs du bel été.

Il en était ainsi depuis de longs soleils déjà et le petit peuple ailé qui avait voulu cet isolement et réalisé cet abandon savait qu'il en serait ainsi longtemps encore. L'hiver seul, en coupant de ses ciseaux de gel les frondaisons maudites, pouvait exorciser le charme maléfique planant sur cette solitude, et endormir et abolir les ressouvenances au coeur des oiseaux.

La grande haie était muette. Le petit peuple s'était tu et avait émigré.

Et pourtant quel printemps riche de concerts elle avait eu ! Un printemps de chansons à rendre jaloux les lourds massifs de la Combe et les vieilles assemblées de pommiers des vergers.

Seuls, dans les rez-de-chaussée et les sous-sols humides, les citoyens silencieux de la grande cité continuaient leur vie comme devant, insoucieux, semblait-il, de l'exode brusque de leurs rapides et bruyants petits voisins des étages supérieurs.

Successivement, au fur et à mesure que les petits étaient devenus forts et avaient commencé à se confier pour un vol très court à leurs faibles ailes, les nitées, jour par jour, une à une avaient fui vers les enclos des vergers proches ou les berceaux feuillus des arbres hospitaliers.

Les familles de mésanges et de fauvettes, celle du chardonneret du pommier sauvage et jusqu'à la nitée du petit troglodyte du gros tronc pourri s'écaillant sous les mousses, toutes avaient fui épouvantées de l'assassinat commis par Maubec, la pie-grièche, horrifiées par la vue de la petite victime déchiquetée et saignante à son poteau d'épine.

C'était pourtant une cité tranquille que la Grande Haie. Les éperviers et les buses ne s'y aventuraient plus guère depuis le jour où l'homme ami, porteur du fusil, ce tonnerre éclatant et terrible, avait fait siffler la colère de ses plombs par les éclaircies de rameaux, hachant les branches et perçant les feuilles. Des gîtes sombres où ils s'étaient tapis, les passereaux étonnés avaient vu la vieille buse chasseresse au bec féroce, dont les incursions barbares semaient le deuil dans leur canton, plonger tout à coup en avant la tête sans force et les pattes mortes. Et les premiers voisins, dont tout le corps n'était que frisson, l'avaient vue, inerte, l'oeil trouble, se laisser saisir par la main puissante du terrible allié et disparaître dans les profondeurs mystérieuses d'un sac s'ouvrant comme une gueule. Nul n'était à l 'abri de ses coups, pas plus Piétors le lézard que Rana la grenouille ou que Froidvif, l'orvet timide et fragile qui fuyait devant la fourche et le râteau des faneurs en profitant des tunnels de mousse fraîche et de l'auvent humide des andains mal écartés.

Mais elle était morte vraiment, et, depuis cette vesprée tiède de fin d'hiver, la Grande Haie avait joui de son renom de sécurité, et ses habitants avaient vécu dans la quiétude leurs journées de travail et de chansons qui se suivaient monotonement comme les maillons d'une chaîne de joie.

C'était un matin de juin.

La haie froufroutante et joyeuse était sortie de son sommeil léger avec le frisson de la brise matinale qui essuyait de son écharpe odorante et tiède les perles du brouillard de la nuit d'été.

Les pinsons, dans les arbres du village ou aux taillis des lisières, chantaient déjà à plein gosier quand la lumière levante dessina de sa main de blancheur les ondulations gracieuses de l'océan d'herbages des prairies.

Les crapauds éteignaient dans leur gorge les veilleuses de cristal de leurs chansons et le concert des grenouilles vertes dans la mare de la Combe s'arrêtait et reprenait pour s'arrêter encore selon le caprice des chanteuses à robe verte, dont les yeux innocents dans leur cerne d'or adoraient le soleil levant.

Une à une, par petits sauts qui faisaient des ravages dans les baliveaux herbus des flouves et trembler comme des feuilles de bouleau les grelots des brizes, les grosses grenouilles rousses rentraient dans leur sous-sol d'été, dans leurs loges fraîches, après avoir chassé toute la nuit les limaces et les chenilles. Écartant les grandes feuilles raides, elles se glissaient par d'étroites coulées, de secrets corridors jusque sous les souches séculaires de la vieille haie, et abritées sous des toitures légères et fraîches de feuilles, parmi l'humidité propice de la terre, elles digéraient en paix et se reposaient des fatigues de la nuit.

Les lézards et les orvets, eux, sortaient lentement, engourdis encore de rosée, et la tête levée, interrogeaient la lumière et humaient l'air pour juger du beau jour qui leur était accordé. De petites musaraignes agitaient de crépitements légers et comme feutrés les branchettes de leurs trous. La vipère Maledent déroulait ses anneaux au soleil et au fur et à mesure que les rayons chauds glissaient sur sa chemise ocellée, les frétillements de son fouet devenaient plus vifs et plus souples comme une chaîne rouillée dont les maillons par degrés s'imbibent d'une graisse lubrifiante.

Dans les étages supérieurs, secs et chauds, dans les alcôves de feuillage, sous les poutrelles vivantes des rameaux, la vie s'agitait et grouillait, les nids s'éveillaient. Les mâles, perchés devant la couche de la famille que la mère couvrait de ses ailes étendues, chantaient leur hymne à l'aurore, se secouaient de la rosée nocturne, lissaient leurs plumes, s'épouillaient, se répondaient, voletaient, sautillant ou planant, joyeux du jour revenu et de la chaleur vivifiante.

Bientôt, sous les ailes engourdies, les petits réveillés pépiotèrent aussi, jetant leur note monotone et criarde, leur chant unique, le cri de faim, et comme le premier rayon chaud tombait sur ses ailes mouillées, Siffleclair, la mère fauvette, se soulevait de son nid et rejoignait son mâle sur la branche fléchissante où il faisait sa toilette matinale.

Un instant leurs pépiements se mêlèrent en un gazouillis tendre, puis le père, paré pour le jour et pour la chasse, s'enleva en l'air et partit d'un vol rapide et droit vers les buissons bas de la plaine et par les taillis d'herbages non fauchés encore pour y commencer sa chasse de moucherons et de chenilles. La femelle, à son tour, après avoir bien regardé son nid, se mit à chasser dans les rameaux des environs et sur les gazons proches, apeurée encore du noir et de la nuit et craignant de laisser sa nitée impuissante sous la seule protection du soleil, de sa lumière et de sa chaleur.

Peu à peu, rassurée, elle élargit le cercle de son canton, soucieuse de donner aux petits la pâture qu'ils réclamaient sans cesse.

Tour à tour, à tire-d'aile, rasant les buissons ou le sol pour se dissimuler quand un danger ou une surprise étaient à craindre, ils arrivaient à leur buisson vert échevelé de feuilles frissonnantes, s'enlevaient ou plongeaient selon leur position, planaient un instant sur la famille piaillante, et distribuaient ensuite dans ces becs large ouverts, ces petits entonnoirs jaunes palpitants et tendus vers le froufroutement de leur vol, la gibecière de chenilles, de mouches et de vermisseaux conquis à coups de bec parmi les cantons giboyeux de la plaine.

Et puis ils repartaient aussitôt, car les jabots des petits sont aussitôt vidés que remplis et les gésiers voraces réclament continuellement.

Ainsi, toute la matinée, dans la Grande Haie, sous le soleil qui rapetissait et semblait dévorer peu à peu l'ombre des arbres, ce ne fut que pépiements, rappels et chasse et chants de fête.

Puis, midi versa brutalement dans le calme plat ses cascades de chaleur et le silence lentement s'empara de la Grande Haie, assommée, engourdie, immobile sous les ondes d'air vibrantes qui couraient tout le long de son arête verte, comme une bande d'un feu ardent presque invisible et muet.

Les oiseaux, accablés, dormaient sous leurs rameaux ; les grenouilles des sous-sols se terraient plus profondément ; Maledent, ivre, savourait ce bain voluptueux, et les lézards des vieilles souches, aventurés par la plaine, semblaient noyés dans la verdure.

Enfin la vie reprit avec le premier frisson des feuilles, et des chants de nouveau s'élevèrent, et des essors et des envols animèrent les étages feuillus de cette grande caserne verte.

Tous les oiseaux, rassurés et gais maintenant, sous la protection du soleil s'en allaient au loin donner la chasse aux chenilles, et, sitôt débarrassés de leur gibier, repartaient de plus belle. Et nul, parmi tous ces chasseurs intrépides, préoccupés de la pâtée quotidienne, n'avait vu, volant d'arbre en arbre, de buisson en buisson, rasant le sol dans les endroits découverts, Maubec, la pie-grièche, la vagabonde, la rôdeuse du canton, en quête d'assassinats et de mauvais coups, les yeux toujours aux aguets, le bec mauvais, le col inquiet, qui se rapprochait de leur cité.

La maraudeuse, ce matin-là, n'avait trouvé encore que des vermisseaux et des mouches, et son gésier gourmand de mangeuse de chair réclamait quelque nourriture plus substantielle ; aussi rôdait-elle de-ci de-là par les arbres et les buissons, cherchant dans les berceaux de feuilles, dans les vertes alcôves, derrière les abris des fourches, les palissades de rameaux, quelque nitée à attaquer.

Dans l'intérieur de la Grande Haie, silencieuse et abritée, elle sautait d'avant en arrière, de droite à gauche, louchant en haut, guignant de côté, lorgnant en bas, cherchant aventure, se défiant de Maledent la rouge et de ses cousines les grandes couleuvres qui la fixaient étrangement de leurs yeux sans paupières en sifflotant des airs monotones.

Un pépiement indiscret dans les rameaux supérieurs de l'aubépine dans laquelle elle était lui fit lever la tête, et sautillante, le cou tendu, les yeux brillants de convoitise, écrasée sur ses pattes pour ne pas être vue, elle découvrit la boule grise du nid de Siffleclair et bondit jusqu'à son niveau.

Les quatre petits becs tendres, jaunes encore, s'ouvraient larges comme de grands compas dans l'attente de la pâture, et le duvet naissant frissonnait sur leurs grosses têtes comme une chevelure rare d'enfantelet, et les petits croupions s'agitaient aussi, et tout le corps vibrait dans l'attente de l'émotion unique, la proie de chenilles et de mouches tombant dans le gouffre du bec.

Maubec, perchée sur une branche de la fourche du nid, scruta les environs de son oeil traître et inquiet, puis, avec une sûreté de rôdeur assassin qui n'en est pas à son coup d'essai, elle choisit parmi la nitée celui des petits dont elle pourrait le plus facilement faire sa victime.

Une grande épine dure et pointue hérissait sur la branche du couchant son dard affilé, c'était là qu'elle ferait son charnier ; l'épine serait le croc où la bouchère de la Combe déchirerait sa proie, et aussitôt, sans hésitation aucune, ni crainte, toute au désir de tuer et de se repaître, sautant dans le nid, piétinant les autres oisillons, elle se campa solidement pour amener sa victime au bord de l'abîme et la suspendre ensuite au poteau d'exécution.

Du bec et du cou, malgré les piaillements de douleur de toute la famille bouleversée, elle pousse et se crispe, le col et les pattes raidis, piétinant les autres, les blessant de ses griffes pointues, et amène le chétif oiselet au bord de la margelle du nid, sur la branche de la fourche qu'elle veut utiliser. Mais l'épine est trop haute et domine la maisonnée. Qu'importe ! La mégère des haies sait s'y prendre. Dans son bec puissant et crochu, les muscles serrés, les pattes crispées, toutes les plumes hérissées dans l'effort, elle soulève par le col tendre et frêle le petit corps presque inerte et l'élève plus haut que le dur croc de bois où elle le fixera ; puis au niveau du gésier, à l'endroit où la peau est plus molle encore, elle enfonce dans la broche terrible le cou de l'oiseau, perçant les chairs et la trachée pulmonaire, tandis que crie et se débat faiblement la petite victime et que les autres petits frères, ignorants de ce qui s'est passé, piaillent éperdument dans le berceau bouleversé.

Pendu à sa potence d'épine, l'oiselet blessé agitait vainement encore ses pauvres ailerons sans plumes et ses pattes sans force quand la bouchère sanglante, lui plantant dans le poitrail le croc dur de sa mandibule supérieure, lui perça le coeur et, l'oeil aux aguets, se mit à dépecer vivement sa victime.

La femelle, à cet instant, arrivait à son nid, brusquement, le bec hérissé de chenilles, et elle vit ce spectacle. Un cri suraigu d'épouvante lui fit lâcher sa proie et appeler au secours de toute sa gorge, en cris rauques et affolés, tandis que la maraudeuse assassine, sûre d'être la plus forte, la regardait méchamment de son oeil faux et, le bec en arrêt, continuait à arracher des morceaux du poitrail ouvert de l'oiselet.

Bientôt, au cri désespéré poussé par la fauvette, le mâle de Siffleclair apparut lui aussi et tous deux affolés, piaillant à pleine gorge, se mirent à tourner, à tourner autour du groupe tragique, n'osant encore dans leur frayeur indescriptible attaquer la détrousseuse de leur maison ni venger leur géniture.

Aux plaintes du couple victime, au signal d'appel et de douleur d'un des membres de la grande famille ailée en butte aux attaques d'un ennemi, tous les passereaux de la haie, un à un ou par couples, arrivèrent à tire-d'aile, ainsi qu'aux heures angoissantes où l'épervier menace de ses serres impitoyables un isolé éperdu.

Nulle fascination n'était à craindre avec celle-là, mais un affolement sans nom les prenait à voir le petit d'un des leurs tué, déchiqueté et saignant, et le buisson du crime fut immédiatement entouré d'une quadruple haie de petits oiseaux voletant et piaillant, injuriant, menaçant ou se lamentant.

Maubec, maintenant repue, commença à craindre une attaque d'ensemble du petit peuple ailé s'exaspérant par degrés. Elle tourna avec inquiétude sa tête au zénith où passait le vol d'un grand oiseau noir. C'était Tiécelin, le vieux corbeau, qui, attiré par ce manège étrange, venait se rendre compte de ce qui se passait, suspectant d'un nouvel assassinat son vieil ennemi le busard. Tout était à craindre avec Tiécelin.

Brusquement, Maubec, s'élevant droit en l'air, s'évada du cercle des assiégeants, et, sans perdre un instant, s'enfonça comme une flèche vers le nord, dans le bosquet de hêtres qui était son lieu de retraite et son séjour habituel, tandis que les oiseaux de la haie, du roitelet à la mésange et les pinsons du village et les rouges-gorges de la forêt voisine venaient voir et piaillaient, piaillaient, fous de douleur, de colère et de peur.

Siffleclair, dans son désarroi, allait du nid au cadavre, ouvrant des yeux ronds, crispant les pattes, les plumes de la tête hérissées, et puis, frémissante, tout d'un coup, elle se jeta éperdument sur son nid, et, sans plus rien dire, couvrit ses petits de ses ailes tremblantes, tandis que le mâle, haletant, voletait et tournoyait alentour du cadavre dépecé de la victime, pendue au-dessus du nid et dont le sang, en gouttelettes rouges, dégouttait encore devant le bec de la mère.

Alors, comme si une pensée commune et un commun effroi eussent saisi simultanément les témoins de ce drame, tous les oisillons qui étaient accourus s'enfuirent aussitôt à tire-d'aile vers leur nid et se jetèrent éperdument sur leurs petits pour les couvrir et les protéger eux aussi.

Lorsque le soleil tomba, ensanglantant l'horizon, pas un chant ne sortit de la Grande Haie, ensevelie, emmurée dans le silence et dans l'horreur de cet assassinat. Et le lendemain, à l'aurore, pas un cri ni un pépiement n'émurent les feuilles frissonnantes dans le vent, mais la famille de la mésange bleue du bout de la haie, qui commençait à sautiller sur les branches, s'enfuit pour ne plus revenir. Le surlendemain, le tarin chanteur du gros chêne emmena ses petits vers les pommiers des vergers, et le petit roitelet aussi s'en alla, et le chardonneret du pommier sauvage, et tous, un à un, partirent en silence.

Et Siffleclair huit jours après, elle aussi, avec ses trois derniers enfants dont les ailes fléchissantes commençaient à s'essayer, fila, fila aussi du lieu maudit où le cadavre déchiqueté, pourrissant et rongé des mouches de son petit sans plumes pendait toujours à son gibet solitaire et terrible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélaide

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1876
Date d'inscription : 27/04/2015

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Mer 31 Jan - 9:12

SUPERBE TEXTE......!!!!!! I love you I love you I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17611
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Mer 31 Jan - 11:20

Il pleut

j'ai survolé le texte, je vais revenir après le lire, mais vu l'heure et comme j'ai un petit creux, je vais aller faire réchauffer ma soupe
cette aprem j'ai envie de modifier un peu la présentation des mes créas sur Face book. De les réunir en album selon les sujets (bijoux, accessoires, cartes...) en ne mettant que des exemples, les plus belles photos....

Mes derniers livres, est-ce que je vais finir par ne plus trouver de déclinaison aux cœurs ?! Laughing


et je tente le recyclage d'assiettes pour tasses à café, dépareillées et qui ne servent à rien

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Adélaide

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1876
Date d'inscription : 27/04/2015

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Jeu 1 Fév - 10:23

Gris, glacé, et par moments des trombes d'eau.......

Mais Hélène sur les ailes de ses oiseaux m'incite à l'optimisme = DONC ce matin, sous mon parapluie j'ai scruté les jardins en allant faire mon marché; et, oui, les fleurs poussent = des jacinthes, des jonquilles ( je crois, vues de loin) et, un certain parfum, encore volatil et délicat de ?? herbe mouillée empreinte de ?? odeurs fleuries....... I love you


ALLONS !! demain c'est la chandeleur, et je ferai des crêpes, j'ai acheté des gaufres chez le boulanger ( gaufrier hors d'usage ici) et......on y croit !!!

MA, tes créations sont belles ..... I love you


Bonne journée les filles !!! flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17611
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Jeu 1 Fév - 10:58

Bonjour
Merci Adélaïde

temps pas terrible encore ici aussi

Pas de crêpes, je ne suis pas fichue de les faire, mais je fais des gaufres... à mais j'ai oublié mon appareil qui fait pierre, raclette, mini wok, mini crêpes ; il a aussi pour faire des crêpes taille normale, je devrais essayer, ça irait peut-être mieux.

Les oiseaux se donnent les bonnes adresses je crois parce que j'ai accroché une noix de coco cassée dans laquelle je mets les restes de graines des perruches. Je ne l'ai pas mis dans un endroit où les oiseaux viennent vraiment mais c'est aussi un endroit où ils ne seront pas chassés... et bien il y a foule, même quand c'est vide, ils viennent voir. Je viens d'y voir une rouge gorge, une mésange, un merle, et autres moineaux. J'avais mis du pain sec en morceau hier qui a été mouillé par la pluie, parce que je voyais des oiseaux mais que c'était vide. Je pense que c'est de nouveau vide.

Hier je reçois un coup de téléphone de celle qui a pris mon dossier de divorce comme quoi les conclusions devaient être remises au juge telle date (donc quelques jours après le rendez-vous) mais que ça a du être reporté parce qu'il manquait un papier à mon dossier, celui qu'ils avaient été trop vieux (bein oui tient, j'ai tout donné l'été dernier, maintenant faut actualiser) mais quand je suis allée au rendez-vous, on ne m'a pas dit que je devais l'apporter ni même qu'il n'était plus bon, ni dans les jours qui suivent, c'est au moment de donner au juge qu'on s'en est aperçu !Bon petit tout illico sur internet, pas moyen d'imprimer... ouf permanence ce matin, je fonce, je poireaute et ouf pas chez moi que ça merde, je peux vraiment pas l'imprimer... mais eux non plus, du coup envoi sur ma messagerie, je rentre, j'imprime et je vais porter cette aprem (et s'ils ouvrent leur courrier dans une semaine ça sera encore passé, mais l'envoyer par e-mail ça sera pareil... je crois que je vais mettre urgent sur l'enveloppe, peut-être que comme ça ils le verront ! mais je pourrais pas donner en main propre, y'a la secrétaire à l'accueil qui récupère tout)... et l'été qui arrive on me dira que ce papier là manque, que c'est en attente... bein oui logique, je donne tout l'été dernier, c'est mis en attente, reporté et maintenant il va bien falloir attendre... et c'est moi qui exagère....
Mais plus rien ne m'étonne.
Et en allant demander le papier, je vois une que je connais depuis longtemps et qui m'a parlé de la copine en commun qui est partie dans le sud sur un coup de tête, elle me demandait si j'avais des nouvelles... et de me dire que c'est dingue comme d'un coup elle est partie comme ça... et moi je lui ai dit et en plus avocate et juge n'ont rien trouvé à dire et moi la mienne m'engueule de songer à déménager et chercher du boulot... me demande si l'autre m'a crue, ça semble tellement dingue... mais avec moi, non non, c'est normal.... du coup maintenant, j'attends de voir c'est meilleurs pour ma santé que de me bagarrer et de m'inquiéter...

L'agent m'a envoyée un message pour l'appartement, 3 visites sans suite et celui qui devait voir son banquier et qui doit le voir samedi (donc soit ça été reporté, soit il va voir pour la réponse, je ne sais pas), donc en attente pour celui-là qui serait le plus intéressé... on verra

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Adélaide

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1876
Date d'inscription : 27/04/2015

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Jeu 1 Fév - 12:04

I love you Allez, MA on croise les doigts pour cette vente.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17611
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Jeu 1 Fév - 16:37

Bon papier donné ; j'espère que celle-là va ouvrir son courrier rapidement. La secrétaire de l'autre une fois m'appelle pour me dire que je n'ai pas payé les honoraires... bien sur, j'ai reçu le mail, je suis allé le lendemain déposer à l'accueil et 10 jours plus tard, le courrier n'étant toujours pas ouvert, on me dit que je n'ai pas payé !
Je suis passée par la chambre des métiers, vu que j'étais à côté, pour demander un extrai de mon enregistrement et j'ai signalé que je l'avais demandé 3 fois par internet en remplissant le formulaire mais que je n'ai rien vu arriver, mais là ce n'est pas leur faute à elles parce que c'est sur le site de la chambre régionale, alors que là c'est une antenne... elle m'a dit de leur passer un coup de fil a prochaine fois, il suffit de donner le numéro de siren et ils l'imprimeront de suite et le mettront au courrier du jour. La nana m'a dit "rien ne vaut un humain". J'ai eu la même remarque au truc pour les retraites (où il me fallait un papier pour l'avocate, papier donné l'été dernier, c'était à ce moment là le seul qui manquait), papier que j'avais demandé aussi plusieurs fois par courrier (on ne pouvait pas joindre par mail et les courriers étaient notés comme reçu dans mon dossier mais pas de réponse).

Pour demain, je me suis décidée : je vais sortir mon appareil et faire des mini-crêpes, pâte sans rien, ni sucre ni sel, et en cuisant, je ferais des salées avec lardons, gruyère, tomates sèches et en dessert avec fruit en sirop et sirop d'érable. Et j'oublierais pas d'en faire un peu pour le gros poilu.
le week-end dernier j'ai fait un gâteau marbré qui, comme tous mes gâteaux, ne ressemblait pas à grand chose, mais il n'a pas eu le temps de refroidir, les garçons ont avalé le milieu et Loki s'est occupé de la croute.

Ah au fait Hélène, j'ai vu un beau gâteau en vidéo, j'ai pensé à ta fille, mais je n'ai pas pu le mettre ici, c'était une vidéo sur Face Book et je n'ai trouvé que l'icône "partager" et pas vu comment copier un lien. Si je le revois et que je peux copier, je le mettrais.

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17611
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Ven 2 Fév - 14:01

Kikou les filles
vent et pluie aujourd'hui et ça tape bien

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Adélaide

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1876
Date d'inscription : 27/04/2015

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Ven 2 Fév - 14:26

On a un peu de soleil ici, mais il fait froid avec du vent;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5932
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Ven 2 Fév - 14:35

Nous avons eu un peu de soleil dans la matinée mais le ciel est devenu gris avec un petit vent vif et maintenant il pleut. Le département est toujours en vigilance orange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5932
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Sam 3 Fév - 7:38

Les prévisions ne sont pas réjouissantes mais pour l'instant il ne pleut pas, la luminosité est acceptable et les oiseaux gazouillent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélaide

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1876
Date d'inscription : 27/04/2015

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Sam 3 Fév - 7:52

Oui, Hélène, je crois avoir lu que les précipitations vont se poursuivre...... What a Face
Ici, temps mi nuageux mi ensoleillé, donc un peu de lumière;
On nous annonce un retour ( !!!) du froid dès ce WE avec de possibles chutes de neige en plaine;

Alors, la Chandeleur a fait son oeuvre = " ......L'hiver prend rigueur"

Bonne journée à toi, je vais m'élancer dans la froidure pour aller remplir le frigo......
MA, un biiiisou aussi !!! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17611
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Sam 3 Fév - 10:02

Pas d'amélioration du temps
Gros bisous à toutes les deux

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Adélaide

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1876
Date d'inscription : 27/04/2015

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Dim 4 Fév - 14:28

Merci !!

Temps gris et froid, voire glacé;

La semaine a été dure, ce Dimanche est ensommeillé.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17611
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Dim 4 Fév - 19:43

La pluie et le vent se sont calmés, mais pinaise, qu'est-ce qu'il fait froid !
J'avais pensé que si c'était comme ça demain, j'irais au marché... j'aurais bien voulu faire un peu avant la saint-valentin, mes livres cœurs pourraient peut-être intéresser, mais j'ai vu qu'il allait faire encore plus froid demain.
Il faudra bien que je m'y remette, je ne peux pas toujours attendre, mais il faudrait quand même que ça en vaille le coup et à mon avis s'il fait très froid, il n'y aura que ceux qui viennent chercher quelque chose de particulier (comme quand il pleut).

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5932
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Lun 5 Fév - 8:26

Petite couche de neige ce matin au réveil et quelques flocons voltigent encore. Nous allons rentrer les quatre jardinières de géraniums de nos fenêtres donnant sur la rue.
Hier nous avons eu la visite surprise de notre fille et de ses deux garçons de 15 et bientôt 13 ans. Comme notre fils, sa compagne et leur jeune garçon de 3 ans et demi sont nos voisins la famille a été rassemblée.
Les 3 garçons ont décidé de jouer à cache-cache à l'intérieur de la maison d'une surface habitable de 103 m2 ce qui limitait les possibilités. Le plus grand, mesurant 1,80 m s'est recroquevillé sous la table et le plus jeune ne comprenant pas qu'il fallait rester silencieux se dissimulait sous un plaid ou derrière une chaise en criant : " je suis là, je suis caché."
Leurs cris et leurs rires étaient assourdissants mais on ne va pas s'en plaindre.


Dernière édition par Charpentier Hélène le Lun 5 Fév - 8:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélaide

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1876
Date d'inscription : 27/04/2015

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Lun 5 Fév - 8:44

Un heureux Dimanche familial, qui nous fait plaisir à MA et moi;

MA, vas-tu aller au marché ?

Temps glacé ici aussi avent vent et trombes d'eau, j'aimerais tant qu'il neige !!

Dimanche fut épuisé et ensommeillé, recroquevillés chacun sur nos pensées.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Ange
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17611
Age : 43
Localisation : Quelque part entre le sol et le ciel
Date d'inscription : 04/12/2006

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Lun 5 Fév - 10:31

Bonjour
ici il gèle et il y a du vent bien froid. Il fait plus froid qu'hier, comme la météo l'a prévu.
Non pas été au marché. Il fait bien sec, ça aurait été bien, mais pas été

_________________
Il y a tant à lire qu'une vie ne me suffira pas...
Il y a tant de livres, que j'ai pas assez de place pour tout avoir sniff Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unptitcointranquil.positifforum.com
Adélaide

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1876
Date d'inscription : 27/04/2015

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Mar 6 Fév - 7:33

Il a neigé, et j'aimerais tant que ça dure.......mais c'est sans grand espoir, hélas.......

Bonne journée à toutes les deux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charpentier Hélène



Féminin
Nombre de messages : 5932
Age : 71
Date d'inscription : 28/01/2008

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Mar 6 Fév - 7:38

Il a neigé et il neige toujours. La neige reste sur l'herbe et la terre,dans les vignes, les arbres et les toits mais elle fond sur la route et devant la pente douce du garage transformée en patinoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adélaide

avatar

Féminin
Nombre de messages : 1876
Date d'inscription : 27/04/2015

MessageSujet: Re: La météo chez vous   Mar 6 Fév - 7:55

Je t'envie ( mais peut-être cette neige ne fait-elle pas ton affaire.....); ici, le vent se lève, hélas, et cela n'annonce rien de bon......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La météo chez vous   

Revenir en haut Aller en bas
 
La météo chez vous
Revenir en haut 
Page 11 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 10, 11, 12, 13, 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» Bienvenue chez Vous ... Metz !!
» J'irai rapper chez vous
» C'est arrivé près de chez vous
» "La méteo" - Alors il fait comment chez vous ? -
» A quelle heure vous partez de chez vous pour aller au parc ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Un p'tit coin tranquil' :: Coin bistrot :: Le bar :: Sujets légers, sujets "détente"-
Sauter vers: